Qu’est-ce-qu’on entend exactement par mécano-soudure ?

Tout d’abord, c’est une méthode méconnue mais qui est à l’origine de nombreuses réalisations. Notamment dans le domaine de la métallurgie. Spécifiquement, son orientation est vers la réalisation de pièces de grosses structures. C’est dans le but de créer une superstructure. Donc, la mécano-soudure consiste en la récupération d’éléments préfabriqués ou bien en leur conception.

C’est quoi alors une structure mécano-soudée ?

Il s’agit d’un assemblage de pièces métalliques les unes entre les autres en utilisant la technique de la soudure. Les fabrications peuvent être unitaires ou aussi en grande série. Elle permet ainsi d’assembler des éléments de taille importante. On obtient à la fin des structures de grandes envergures. Telles que les balustrades, les rambardes d’escalier, les garde-corps ou les mains courantes. La mécano-soudure est tout à fait indiquée pour les cadres destinés à soutenir de lourdes charges. C’est aussi utilisable pour les systèmes de manutention. Tels que les élévateurs et les bras manipulateurs.

Pourquoi dit-on que c’est un outil de production performant ?

Avec cet outil, on peut obtenir des formes complexes. D’où son appellation d’outil de production performant. Par rapport à des pièces coulées, son principal avantage étant la légèreté du résultat. Et le tout avec une stabilité et une rigidité fiable. C’est une technique constituant de plus une solution économique.

Qu’en est-il de la grandeur de la précision à utiliser ?

Vu que le procédé est principalement manuel, il demande ainsi une précision extrême. Comme limite principale de la méthode, il y a la déformation qui est due au soudage. Donnant alors des tolérances médiocres qui sont de l’ordre du millimètre. D’où la nécessité de faire appel à un professionnel pour l’effectuer.

Quelles sont alors les matières premières utilisées pour appliquer cette technique?

Mécano-soudureConcernant les matières premières qu’on peut utiliser, elles sont très variées. En effet, on peut utiliser l’inox, l’aluminium, le titane, le cuivre et ses alliages et même l’acier. Ainsi, la sécurité est optimale. Mais cela n’empêche pas à la structure en inox de se marier avec d’autres matériels selon les clients. Tels que le verre ou aussi les bois afin que l’élément s’intègre harmonieusement à leurs espaces de vie. En addition, l’inox possède une grande résistance corrosive. Autrement dit, il ne s’oxyde pas d’où la possibilité de la composition d’une structure par uniquement un inox. D’autant plus que c’est à la fois contemporain et moderne.

Quelles sont les avantages procurés par l’utilisation de la technique de mécano-soudure ?

En effet, utiliser cette technique procure de nombreux avantages très considérables. Dont le premier est son moindre coût avec une réalisation beaucoup plus rapide comparé à la construction moulée. Le second s’agit de la possibilité de souder entre elles de très grosses pièces. Ce qui est parfois très complexe s’il y a une variation brusque des épaisseurs . D’autant plus que le soudage, comme technique d’assemblage, ne permet pas de démonter les pièces jointes entre elles. Ce qui garantit ainsi la solidité particulièrement importante de la structure en question.

Qu’en est-il alors des différents types de soudure existant ?

Selon la technique utilisée, les types de soudure se retrouvent catégorisés en sous parties. Ainsi, on peut citer le soudage mécanique et le soudage électrique. Le soudage au gaz par explosion ou même par aluminothermie existe également.

Une étape de soudage est impliquée dans la réalisation d’ensembles mécano-soudés. On utilise généralement le soudage MAG, le soudage MIG et le soudage TIG.

Le soudage TIG ou Tungsten Inert Gas pour les travaux de précision pour les finitions.

Dans ce cas, entre une électrode tungstène et la pièce à souder se crée un arc électrique. Pour protéger le métal en fusion, il y a une insufflation d’un gaz neutre autour de l’arc. On peut ajouter ou non avec cette technique un apport de métal lors du soudage. Pour des travaux de précision, on va principalement recourir au soudage TIG. En effet, on peut l’utiliser sur de la tôle très fine. D’où sa permission à la réalisation des soudures précises mais lentes. De belles finitions sur les faibles épaisseurs de tôle et sur les assemblages de précision sont ainsi obtenues.

Quant aux niveaux des matériaux, il est plutôt polyvalent et s’adapte très bien à plusieurs matières. Tels que l’argent, l’or, le titane, la fonte, le cuivre, l’aluminium, l’inox ou encore l’acier.

Le soudage MIG (Metal Inert Gas) ou MAG (Metal Active Gas).

Ce type est idéal pour l’assemblage de structures. Dans ce cas de soudure, il y a une création d’arc électrique entre un fil fusible et la pièce à souder. Ici, on parle de soudage semi-automatique où le métal d’apport est le fil fusible. Le gaz insufflé autour de l’arc assure le bain de fusion et la protection du fil. Le différemment de ce gaz sera en fonction du type de soudage MAG ou MIG et des matériaux travaillés.

On utilise ses soudures pour leur excellent rendement. En effet, c’est la technique qui permet un soudage rapide et régulier.  Et ceux avec l’inox, l’acier ou bien même l’aluminium. Il permet aussi la dépose d’une plus grande quantité de métal. Ce qui destine alors le soudage MIG-MAG aux soudures sur de fortes épaisseurs de tôles.

métaux nobles
Prev

Quels sont les points essentiels à savoir en ce qui concerne les métaux nobles ?

métaux nobles en chaudronnerie
Next

Quel est l'intérêt d'utiliser des métaux nobles en chaudronnerie ?